MAUSER OTTOMAN 1893

Le modèle présenté ici est une évolution du fusil d’infanterie ottomane Mauser 1890.

Dérivé du modèle de même nom pour l’Espagne qui lui-même est un dérivé du prototype modèle 1892. Ce nouveau fusil sera livré à 201100 exemplaires.

Il possède la même munition que le Modèle 1890 qui lui précède, à savoir la cartouche de 7.65x53mm à poudre sans fumée réglementaire dans l'armée impériale.

Les ottomans ayant signé une clause d'évolution technologique à la société Mauser qui permit le passage du fusil modèle 1887 au modèle 1890 qui est un bond en avant technologique bénéficiant donc des meilleures évolutions pour leurs armes.

La plus grande amélioration de notre modèle 1893 est le chargeur. Celui du 1890 contient 5 coups dans un chargeur droit (les cartouches sont empilées les unes sur les autres dans le même axe), tandis que le chargeur du 1893 contient 5 coups lui aussi, mais disposés en quinconce ce qui permet d'économiser de la place et de loger nos 5 cartouches directement dans la crosse sans avoir une excroissance externe comme notre modèle 1890.

La plaque de fin de chargeur est caractéristique du modèle 1893. Par rapport aux autre modèles plus récents, elle est légèrement bombée et n'est pas plate comme tous les Mauser après 1893.

Sûrement un design encore primitif des ingénieurs Allemands qui ont modifié cette pièce pour en faire une plate sur toutes les autres évolutions du Mauser qui suivront.

Le boitier du 93 est un small ring (tout comme ses prédécesseurs).

Comme le modèle 1890, il possède la tougrah (sceau) du Calife Abdülhamid 2 sur son tonnerre. Sur la partie droite, le numéro de série en caractères arabes.

L’éjecteur de culasse remonte sur le guide de lame chargeur comme sur le 1890 mais aussi le 1903. Caractéristique particulière aux Mausers en calibre 7.65x53 comme le 1909 Argentin.

Tout comme le modèle 1890 (ou le M96 Suédois), la culasse s'arme à la fermeture. Assez surprenant pour un tireur habitué aux systèmes modèles 98 qui sont quand même bien plus souples. Cependant, si l'on considère l'époque de conception, ce système est de loin supérieur à ce qui se faisait dans cette période. Comme tous les autres modèles ottomans, le levier de culasse est orné d'un marquage en croissant.

Sous la boule du levier nous retrouvons les 3 derniers chiffres du numéro de série. Les poinçons d'épreuve sont présent sur le canon sur la partie basse, masqués par la crosse. La correspondance de ces marquages en annexe du modèle 1887.

Sur la partie gauche du boitier nous avons le marquage classique des Mauser ottomans : "Oberndorfda Mavzer silah fabrikasi : "Fabrique d´Armes Mauser à Oberndorf" année 1312 H soit 1894  du calendrier grégorien.

L’éjecteur de culasse est aussi particulier à ce modèle. Comme dit précédemment il monte lui aussi jusqu'au guide de lame chargeur (comme le modèle 1903) mais n'a pas exactement la même forme. Le puits de lame chargeur du 1893 est moins haut que son remplaçant 1903.

La hausse est elle aussi particulière. Assez similaire au modèle 1890 ou même au 1887. Elle se règle dépliée perpendiculaire au canon différemment du 1903 qui elle se règle en suivant une courbe. Cependant la hausse du 93 possède une mire de tir rapide allant jusqu'à 400m.

Autre élément unique au 93, un système de "cut off". Un petit bouton sur la partie droite du boitier permet le blocage de la planchette élévatrice du chargeur afin de passer le fusil en coup par coup. Option tout à fait étonnante sur un fusil qui se veut être une évolution du 1890, qui lui même ne possède pas cette fonction ; peut être une demande particulière de l'armée ottomane dont les soldats regrettaient que le précédent modèle 1890 ne posséde pas le mode coup par coup présent sur le 1887 à système Kropatchek (coup par coup ou magasin tubulaire.

Sur la photo de gauche le bouton de cut off est en position bridage. Nous pouvons apercevoir la bride qui vient bloquer en hauteur la planchette de chargeur. Sur la photo de droite, le bouton est en position chargeur. La bride est dégagée de la planchette de chargeur, le magasin fonctionne en 5 coups. Notez le poinçon d'épreuve en croissant  sur le bouton et la planchette élévatrice.

La plaque de couche est numérotée et vient se visser un peu plus loin sur la crosse contrairement au modèle 1903. Notons au passage le marquage de toute la visserie de ces différents modèles d'un croissant. Sur le 1893, un M est ajouté sur l'autre rive de la vis ; probablement un marquage de l'inspection qualité. (voir page sur les marquages).

Voilà donc pour ce modèle hors norme de la firme Mauser. Hors norme car il est le seul modèle à poudre sans fumée à posséder un bridage de chargeur. Il est aussi le premier à avoir un chargeur en quinconce (avec son homologue Espagnol de 1893 lui aussi). C'est un fusil très bien fini aux marquages très beaux. Comme son frère le 1903 il n'échappera pas à la mise ne conformité "38" qui le modifiera assez significativement. Ce qui rendra notre exemplaire original plutôt rare avec ses marquages impériaux.

Annexe

Photographie de soldats équipés de Mausers modèles 1893 reconnaissables par leurs plaques de fond de chargeur bombées.

Aperçu au musée militaire d’Istanbul, un Mauser modèle 1893 personnalisé avec des gravures en or. Sur le tonnerre (photo en bas à droite) la tugrah est dessinée entourée de décoration. D'autres motifs sont présent sur toutes les parties métalliques de l'arme.

Sur ce 1893, il semble ne pas y avoir de cut off sur le boiter (commande spéciale ou transformation d'un modèle standard ?).

contact

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER