MAUSER TURC M38

Voici le premier fusil type Mauser fabriqué par la Turquie républicaine. Il s'agit d'un assemblage de pièces d'origine Mauser avec une crosse Turque et quelques éléments mécaniques usinés par ces derniers.

A la fin des années 30 et milieu 40 il est facile d'imaginer la situation de l'Allemagne, ancien fournisseur principal de l'empire ottoman, devenu la république Turque en 1923. La Turquie n'étant pas un allié du régime nazi, les turcs devaient donc trouver un moyen de moderniser seuls leurs armements avec les moyens dont ils disposaient.

Les anciens fusils Ottomans furent donc modernisés (voir les différentes modifications /38).

Cependant l'arsenal dont disposaient les turcs devait être agrandi. Surtout en ces temps incertains de guerre mondiale.

Le nouveau fusil de fabrication purement Turc (ou presque) sera lancé en 1938 et prêtera sa désignation aux anciens fusils ottomans modernisés à ce standard "38".

Le boitier de culasse est un large ring aux côtes standard Mauser 98 contrairement au Boitier du 1903, lui aussi large ring, mais plus court.

Il comporte le marquage : TC ASFA ANKARA signifie Turkiye Cumhuriyeti (république de Turquie), Askari fabrika (fabrique militaire) d’Ankara.

Ce marquage est celui qui ornera tous les fusils contrairement aux conversions ottomanes précoces qui ont parfois un marquage d'un style différent (voir 1903/38 ou 1893/38).

L'action complète de notre modèle semble être une fabrication Turque. Certains de ces boitiers ont des marquages impériaux Allemands et ont probablement été démontés sur les Gewehr 98 dont devaient disposer les Turcs suite à la première guerre mondiale. D'autres, comme notre exemplaire, ont des marquages spécifiques et ont certainement été fabriqués dans les usines turques (difficile cependant d'avoir des sources quant à l'origine des machines spécifiques que devaient posséder la Turquie pour fabriquer ces boitiers, les Allemands n'étant pas les seuls à cette époque à être dans la capacité de les produire). Nous retrouvons parfois le marquage "K" "Z" sous le boitier.

Comme beaucoup de fusils turcs modèles 38 ou modifiés "38" le marquage (ou remarquage) sur le tonnerre n'est pas tout le temps parfait. Sur notre exemplaire de 1949 la date n'est pas correctement frappée. Il arrive même aussi que tout le marquage soit désaxé comme sur notre modèle 38 court.

Sur la culasse, le numéro de série est frappé à l'embase du levier. Sur la noix de culasse, et un peu partout sur les assemblages mécaniques, nous pouvons trouver un Z entouré, qui semble correspondre au poinçon d'épreuve mécanique (voir page marquages).

Enfin, l’éjecteur de culasse, vierge de tout marquage semble avoir été fabriqué en Turquie.

La hausse, d'origine en chiffres occidentaux, ressemble à celle du modèle 1903. Elle possède une empreinte de démontage sur sa partie avant. Le numéro de série est frappé sur l'arrière ainsi que sur le curseur. Différemment du modèle 1903, le curseur comporte des angles droits. Sur les boutons de réglages latéraux du curseurs nous retrouvons encore un marquage Z devant signifier que le fonctionnement mécanique a été contrôlé. Ces plaques de hausse sont neuves et ne sont pas des réusinages d'anciens 1903 (pas de marquages en osmanli restant contrairement au modèle 1903/38).

Sur notre modèle la sous garde est tout simplement une pièce provenant d'un ancien gewehr 98 allemand. Les marquages impériaux allemands sont présents ainsi qu'un ancien numéro de série. La plaque de fin de chargeur provient elle aussi d'un G98 au numéro de série différent. Comme dit plus haut, ces fusils ont été assemblés de pièces aux origines différentes qui étaient stockées dans les arsenaux turcs. Parfois les modèles 38 ont des sous gardes de fabrication Turque comme notre modèle 38 court.

Sur la crosse de ce modèle 38 nous retrouvons d'origine l’œillet de démontage de percuteur. Sur notre modèle se trouve une bague en laiton à l’intérieur de l'œillet qui devait probablement avoir été conçue pour ne pas endommager les portées du percuteur lors du démontage de ce dernier. Ce rajout semble être une particularité turque et est aussi présente sur quelques anciens modèles ottomans modifiés "38" (voir notre 1893/38). Sur la partie avant de la crosse se trouve un embouchoir identique aux anciens modèles 1890,1893 et 1903. Ceci afin de pouvoir utiliser les baïonnettes des autres modèles (ce n'est pas le seul exemple de simplification méthode logistique et d'économie turque, voir l'interchangeabilité des canons sur les anciens modèles ottomans).

La crosse en noyer est plutôt large et semble très robuste contrairement à certains modèles Ottomans. Elle comporte peu de marquage (voir page marquages). La crosse de ce fusil se rapproche du M96 Suédois. Ce design, dépassé, a été conservé pour pouvoir y fixer un support compatible avec les anciennes baïonnettes comme dit plus haut. Le principal défaut de cette crosse, sans parler de sa longueur pour accompagner le canon, est le ressort de verrouillage du support de baïonnette. Très souvent sur tous les modèles ottomans ou turcs (sauf 1887), qui partagent ce fonctionnement, il est difficile de démonter l'arme sans rayer le ressort présent (photo de gauche).

Quand on parle de Mauser turc, très souvent les gens penseront à ce modèle 38. C'est le plus répandu avec le modèle 1903/38 et le 1893/38. Ce fusil est de fabrication très robuste, il possède une action Mauser 98 standard et utilise d'origine la célèbre cartouche de 7.92x57 (8x57IS). Il fait partie des modèles les moins onéreux de sa catégorie avec le M48 Yougoslave et fera le bonheur du tireur sportif qui souhaite avoir la puissance de 8mm Mauser dans une arme au design traditionnel.

contact

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER