Mauser cavalerie ottoman 1887

Avec l'adoption du fusil Mauser modèle 1887 et la nouvelle cartouche de 9.5x60R, l'empire ottoman passa commande de 50 000 carabines du même calibre pour les corps de cavalerie (Sipahi). En effet, le fusil d'infanterie Mauser 1887 est une arme encombrante et difficilement utilisable pour un cavalier. Les Allemands eurent la même problématique avec le Mauser 1871. Pour cela, Mauser développa une version plus courte du fusil modèle 1871, spécialement conçue pour les cavaliers ainsi que les artilleurs. Même concept pour le Mauser Yougoslave 1884 "Koka". Fusil raccourci, hausse différente pour s'adapter à la balistique spécifique à une arme dotée d'un canon plus court.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets la modification fut aussi nécessaire dans le cas des carabines de cavalerie Turque modèle 1887. 

1.jpg

Photographié au musée militaire d'Istanbul, un mousqueton Mauser modèle 1887 de cavalerie dont la crosse a été gravée. Vous pouvez remarquer le levier de culasse coudé bien mieux adapté au transport du fusil dans le dos d'un cavalier. A noter aussi, l'embouchoir typique des Mauser de cavalerie qui enveloppe la bouche du canon et supporte le guidon. Les autres modèles de cavalerie ottomane auront le même type d'embouchoir (Mauser 1890 cavalerie, Mauser 1905).

Notre modèle présenté ici ne possède pas sa crosse en noyer d'origine. La faible production de ces fusils et le passé tumultueux de l'empire ottoman n'ont fait qu'accentuer la rareté de ces modèles. Nous ne pouvons donc que vous présenter la partie mécanique et les différents marquages.

plan ensemble.jpg
marquage.jpg

Comme pour le modèle infanterie 1887, la variante de cavalerie possède le marquage latéral de l'usine Mauser Oberndorf à savoir : "Oberndorfda Mavzer silah fabrikasi : "Fabrique d´Armes Mauser à Oberndorf" année 1302 H soit 1888  du calendrier grégorien. En dessous se trouve le numéro de série. Le tout en écriture osmanli (langue impériale officielle). Notre modèle porte le numéro de fabrication 93. C'est donc manifestement un exemplaire du début de production.

hausse.jpg
profil hausse.jpg

Le canon du Mauser 1887 de cavalerie étant raccourci (45 cm contre 74cm pour le  Mauser 1887 infanterie), la balistique de la cartouche de 9.5x60r, utilisée dans les deux modèles est très différente. En effet, comme énoncé plus haut, la poudre noire de la cartouche de 9.5x60r calepinée a moins de temps pour s’enflammer totalement. Ce qui se traduit par une diminution le temps de poussé du projectile donc une trajectoire moins tendue que sur le modèle infanterie.

La hausse du modèle de cavalerie est graduée jusqu'à 1200 mètres (marquage متره) 

curseur 1.jpg
curseur 2.jpg

La hausse comporte deux curseurs de tir rapide. L'un réglé à 300 mètres, l'autre à 350. Choix surprenant. Avoir adopté deux feuillets de hausse avec si peu de différence de distance démontre probablement à quel point la balle de 9.5mm devait chuter rapidement avec ce canon aussi court.

Le levier de culasse, comme sur tous les modèles de cavalerie, est coudée à 90° afin de ne pas gêner son porteur quand la carabine est dans le dos du cavalier. Le tube magasin est présent lui aussi. Notre exemplaire étant incomplet, il nous est juste permis d'estimer qu'il pouvait contenir environ 5 cartouches. Le mécanisme kropatschek est identique à la version d'infanterie.

profil.jpg

Autre particularité qui semble propre au modèle de cavalerie uniquement : le marquage du ressort du bouton de magasin est différent. Il ne nous a pour l'instant été impossible de comprendre cette inscription "طوى". Sur le modèle infanterie (photo ci dessous, un simple croissant est présent).

marquage 2.jpg
marquage 1.jpg

Cette carabine, tout à fait atypique, n'est pas commune. les seuls autres exemplaires que nous avons pu observer étaient présentés au musée militaire d'Istanbul avec une erreur d'identification sur le cartouche de description (marqué "Mauser 1891). Il ne nous a pas été possible de trouver non plus de photos d'époque équipant un soldat. Construites à seulement 50000 exemplaires, ces carabines de cavalerie se sont probablement dispersées dans différents pays au cours des nombreuses batailles de l'empire. Il ne nous restera plus qu'a trouver une crosse et les pièces spécifiques pour ressusciter notre exemplaire.